LA COMPAGNIE

Compagnie La Libre est fondée en 2021 à l’initiative de Faustine Aziyadé. Cette compagnie a pour vocation de réunir des artistes de tous horizon pour élaborer un art engagé dans la réalité sociale de son époque. Compagnie la Libre questionne et pratique la tridimensionnalité de l’artiste : créateur, interprète, pédagogue. Basée à Strasbourg, elle veut se développer sur ce territoire et plus généralement sur le territoire Gand Est, un ancrage fort pour permettre au public de s’investir dans ses propositions.

Cie La Libre s’engage à rester en lutte contre l’injustice.

Cie La Libre pose des questions ? Pour que chacun puisse y trouver une réponse.

Cie La Libre conçoit de nouvelles formes pour sortir de la tradition.

HISTORIQUE DE LA CIE

Faustine Aziyadé et Simon Journet se rencontrent en 2017 au conservatoire à rayonnement régional de Lyon.  Ils commencent à échanger sur l’art et participent mutuellement aux projets de chacun. Faustine se forme par la suite à l’École Supérieur de Musique et de danse Lille, en interprétation, pédagogie, et recherche en danse. Elle fait entre autre partie du laboratoire de recherche de Monsieur Guisguand. Celui-ci lui permet de synthétiser ses idées et favorise l’émergence de celle d’une structure hébergeant production, pédagogie, diffusion et lieu itinérant à partir d’une réflexion foncièrement politique.

Parallèlement, Simon continue ses études de percussions à Tours. Il s’ouvre particulièrement aux disciplines d’érudition que sont l’écriture musicale et la musique ancienne. Par la suite il intègre la  classe de percussion d’Emmanuel Séjourné au sein de la Haute-École-des-Arts-du-Rhin (HEAR). Durant ses études à Strasbourg il fonde le Collectif 209 en invitant Faustine Aziyadé ainsi qu’une saxophoniste et un scénographe de la HEAR à le rejoindre autour de Camille Claudel. En émerge un spectacle pluridisciplinaire se nommant « Mes Hommages » qui est lauréat d’une bourse à  projets étudiants de HEAR et de la bourse jeunes talent de la ville de Strasbourg.

À la fin de leurs cursus initiaux, un désir de se structurer en compagnie/association devient prégnant. Aux fins de créer, transmettre et faire découvrir un art fondamentalement engagé, Compagnie La Libre naît de façon morale le 16 octobre 2021 au Wagon Souk. De cela découle un lien très fort entre la compagnie et ce lieux.

Aujourd’hui, Faustine et Simon  poursuivent leurs formations respectives au sein  du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris : l’une en notation Laban (écriture de la danse ) et l’autre en Formation Diplômante au Certificat d’Aptitude (FDCA) de professeur de percussion dans la classe de Jean Geoffroy.

Les premières expérimentations scéniques de Compagnie La Libre et la volonté de développement de ce projet commun, mettent en évidence certaines problématiques techniques. L’idée naît d’acheter un chapiteau car le lieu est le fondement de la naissance de l’art avec son public. Affaire à suivre…

L’EQUIPE

Faustine Aziyadé Gharbi

Faustine Aziyadé Gharbi

Faustine Aziyadé, performeuse et pédagogue développe un principe d’ « installation évolutive par le corps »; installation où le corps est nécessaire, en tant que technicien, pour l’aboutissement de l’œuvre. La technicité rend le corps esthétique. Le tout est auto- suffisant ; au travers de ses pièces : Mes Hommages, lauréat de la HEAR, Les Prieuses ou la Tortue, Prix Génération Hauts-de-France et de ces performances sur commandes. Elle est diplômée d’état de danse contemporaine à l’ESMD et actuellement au CNSMD de Paris, en notation du mouvement Laban. La pédagogie et l’analyse sont des sources de sa création. Chaque moment sur scène est pour elle un moyen d’exprimer son point de vue sur les dysfonctionnements et les injustices du monde. Elle intervient pédagogiquement dans différent cadre, DEMOS, université de Besançon, de Strasbourg… Elle a été interprète pour Medhi Farajpour, Gérard et Kelly, elle collabore avec la cie Actémo, Arachnima ..

Flavie Duclos

Flavie Duclos

Flavie Duclos accompagne des chorégraphes à la création et propose des sensibilisations à divers spectateurs, avec sa structure Regards Complices. Pour créer ses interventions, elle s’appuie sur les sensorialités et empathies de chacun, mobilise sa recherche de mémoire Être ensemble et faire participer les spectatrices, et s’inspire de la cinétographie qu’elle étudie au CNSMDP.  Outre son travail avec son association, Flavie est également administratrice à Danse Création. Dans cette école de danse, elle s’occupe de sensibiliser les élèves à la création chorégraphique contemporaine, de l’accueil des compagnies, de monter divers projets en liens avec des publics fragiles et d’établir divers partenariats. A ces pratiques d’accompagnement s’ajoute celle de la photographie. Avec ce médium elle cherche à dresser des portraits de personnes et de lieux flottants, indéterminés et dans la densité de l’instant.

 https://regards-complices.webnode.fr

https://humanites-danse.univ-lille.fr/recherches/memoires-de-master-soutenus

Vera Mallien

Vera Mallien

Vera Mallien, danseuse interprète , formée académiquement au Conservatoire de Strasbourg et à La Manufacture d’Aurillac  évolue entre improvisation et écriture , accordant une place importante aux sons extérieurs qui nourrissent perpétuellement sa matière chorégraphique, autant dans des mouvements acrobatiques que dans des recherches plus intimes.

Simon

Simon

La stimulation des sens et de la connaissance, l’ouverture au goût et à la couleur, la connexion entre l’univers du soi et celui de l’autre : la musique est pour lui un réel vecteur d’enthousiasme. D’ailleurs, c’est en lui que toutes ses pratiques et choix artistiques trouvent leur source. Avec pour objectif de  s’inscrire dans un geste instrumental organique, Simon écoute, inhibe, renouvelle et frappe.

NOS PARTENAIRES

NOUS CONTACTER

2 + 11 =